mar. 12 nov. | 49 Rue des Renaudes

La propriété n'est-elle que le droit de jouir et de disposer?

Cette soirée sera l'occasion d'enrichir la notion de propriété, et de substituer, à la notion individualiste de l'article 544 du Code Civil, une notion sociale, à l'école de Saint Thomas d'Aquin
Les inscriptions sont closes
La propriété n'est-elle que le droit de jouir et de disposer?

Heure et lieu

12 nov. 2019, 19:45
49 Rue des Renaudes, 49 Rue des Renaudes, 75017 Paris, France

À propos de l'événement

Chers confrères et amis, 

Le droit, comme chacun sait, est l'art d'unir les hommes dans la justice.

Comment expliquer alors que l'individu soit le sujet central du Code Civil ?   

C'est pourtant ce qui ressort clairement de son article phare, l'article 544. 

La propriété – dit-il – n'est que le droit le plus absolu de jouir et de disposer. La jouissance étant individuelle, la Cité n'a d'autre raison d'être que la protection des droits individuels. Là est le fondement du libéralisme – et de son réactif le communisme.   

Comment, sur ces fondements, espérer faire du Droit l'art de la relation ?    

Le Cercle Affectio Societatis entreprend donc la dissection de la propriété pour lui restituer sa véritable nature, le mardi 12 novembre prochain.     

Nous aurons l'heur d'entendre un des plus grands spécialistes de la question : François Vallançon, qui en plus d'être le disciple de Michel Villey, est l'auteur d'une thèse de mille pages sur la propriété selon Saint Thomas d'Aquin.    

Mille pages en une heure. La soirée sera chaude, dense, cruciale.    

En conscience, existe-t-il une bonne raison de ne pas venir ?

A l'issue, dîner amical. 

Partager cet événement