Le Droit et l'Amitié, 29 avril 2019, Jacques Trémolet de Villers

Et si le Droit était le protecteur de l'amitié politique?

Retrouvez le compte-rendu de cette brillante causerie d'un grand avocat, sur l'amitié, fondement des sociétés, et sa stimulation par le Droit.

Dans la conception contemporaine, les droits subjectifs opposent les hommes à leurs frères ; le Droit dit objectif organise l'éternelle bataille pour les richesses existantes. Le Droit, au contraire, doit stimuler l'activité économique, qui est la satisfaction des besoins des uns par les autres, en encourageant celui qui participe au bien commun.

Les institutions doivent être subsidiaires : ne sont-elles pas plus harmonieuses lorsqu'elles sont la cristallisation de l'amitié entre les hommes ? Le Droit protège l'amour conjugal à travers l'institution du mariage, la confiance à travers la réglementation du contrat. En toutes choses, il doit stimuler l'amitié, et organiser la paix, qui est tranquillité de l'ordre juste.





25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le conflit entre l’intérêt de l’individu et celui de la communauté est un thème récurrent de la pensée juridique moderne. Le Droit serait chargé, par un savant calcul, de concilier le bien d’une monad

Doctorant en histoire du Droit, Arnaud de Solminihac prépare une thèse sur les fondements de la vie privée La recherche d’un domaine privé trouve un écho profond dans la culture occidentale. Ulysse, à